Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 août 2009 7 09 /08 /août /2009 14:01


Mars 2008

Notre collectif d'artistes organise la première exposition de "La Fenêtre" de la Maison de la Création. Nous décidons de jouer la carte du paradoxe et de prendre pour thème de cette manifestation inaugurale celui de "SéparationS".


Pour moi, la séparation est associée à la fois au renoncement et au renouveau. C'est le symbole même de la vie. Nous ne pouvons avancer, créer, grandir qu'en renoncant à ce qui a été pour nous tourner vers "l'à venir".

J’ai donc choisi, à  l’occasion de ces SéparationS, de renoncer à mes habitudes et de me lancer dans une nouvelle démarche artistique.


Depuis longtemps je sentais émerger le désir d’épurer mon geste, de rechercher comme le dit si bien Fabienne Verdier  "l’Unique trait de pinceau" .



« Huang Yuan m’a aussi enseigné à vivre les moindres gestes de la vie quotidienne, car c’est 

en eux que le peintre trouve son inspiration. Une réceptivité totale nous rend attentifs aux vibrations des choses, à la nuance de l’aube. Il m’a appris, en me levant, à sentir la petite brume matinale qui varie chaque jour. Elle éclaire un aspect de soi encore inexploré, un sentiment ignoré.

« On enrichit sa peinture en vivant pleinement l’humeur du jour, disait-il. Le peintre ne copie pas la nature, en même temps elle est sa révélation première ; il en restitue les traits, les états, l’ossature. Un brin d’herbe est source de connaissance. Il apprend la ligne drue, coupante, dense. La danse de l’oiseau en vol t’indique comment se déployer, prendre l’élan, piquer vers le sol. Il faut te nourrir des vies qui t’entourent. Elles provoquent des émotions et des perceptions de plus en plus riches et variées. Le peintre au cours de son  existence, se construit une banque de données psychiques à partir de sa connivence avec le monde. C’est ce qu’il restitue dans son trait. Un jour, de cette banque de données naîtra naturellement, un geste spontané, un acte créatif. »

Extrait de  La passagère du silence de Fabienne Verdier


 

Ces calligraphies, imprégnées de mes voyages au Japon et en Asie du sud-est, marquent ce passage entre mes dernières peintures à l’huile et mes premières calligraphies à l’encre de chine.

Ce n’est pas la figuration qui est en jeu ici, mais plutôt l’expression d’une forme de fusion entre le geste et la pensée.

Un instantané, une recherche de l’essentiel.

Peut-être parce que l’essentiel est toujours dans l’instant que l’on vit.




[i] « L’unique trait de pinceau », Fabienne Verdier, éditions Albin Michel

En haut  : "L'horizon suspendu" (Huile sur toile, vendu)

En dessous : "Elan" (Calligraphie 20 X 60)

Repost 0
Published by Josse Annino - dans Calligraphies
commenter cet article

Presentation

  • Josse Annino
  • Artiste peintre. Ma démarche est centrée sur la quête d’un équilibre dans mon rapport au monde et à l’Autre. Elle  évolue  autour  de deux orientations   intitulées "Peintures sous influence" et "Sur la trace de l’autre".
  • Artiste peintre. Ma démarche est centrée sur la quête d’un équilibre dans mon rapport au monde et à l’Autre. Elle évolue autour de deux orientations intitulées "Peintures sous influence" et "Sur la trace de l’autre".

Acquerir Un Tableau